Sébastien Clément - Sylvain Lemêtre
 
 
 

 Léger Sourire pour deux percussionnistes Langue française

En feuilletant pour la première fois la partition d’ « Attraction », nous avons découvert ce terme : « Léger Sourire ». Indication apposée par Jean-Pierre Drouet, le compositeur, précisant à l’interprète d’accompagner son regard public d’un léger sourire complice.

Ici L’altération ne concerne plus la note mais le geste. Les codes de l’écriture musicale nous renseignent sur la nature du son, du jeu mais aussi du geste et de l’intention.

“ C’est pour nous le théâtre musical ”

Autour de cette découverte, nous nous sommes rencontrés et avons décidé d’explorer la musique en ce sens. Nous sommes assez d’accord, aujourd’hui, quant au choix des armes nécessaires pour défendre cette forme de théâtre musical face à tous les publics.

Nous voulons parler de l’appropriation de la musique contemporaine identique à celle du musicien traditionnel, héritant dès son plus jeune âge de tout le patrimoine culturel de son entourage. Ce qui lui permet, selon nous, habité d’un plaisir constant, de recevoir le son, les timbres, les rythmes et la pulsation, de façon évidente et d’en jouir naturellement.

“ Voilà comment nous voulons vivre la musique sur scène.”

Alors, à notre façon, un peu comme des musiciens « autodidactes du conservatoire » (avec le plus grand respect envers nos maîtres), nous avons fait de notre héritage musical, notre propre musique traditionnelle...

Nous aimons que celle-ci soit improbable, tordue, qu’elle ne tienne pas vraiment debout comme on dit, qu’elle soit bancale, qu’on nous dise :

“ Mais c’est quoi ça, qu’est ce que ça raconte ce truc ? ”

Que ce soit un vrai tour de force qu’ensuite elle tienne quand même debout sur le plateau.

Parce que dans le fond, nos pièces ne sont que prétextes à révéler des instants, révéler de la présence, présence qui est tout à la fois mystère et concret. Présence qui est l’élément majeur, qu’on le veuille ou non, de ce théâtre-musical-là.

 Ch’uis ça-y-est… Tu peux vas-y Langue française

Un xylophone, une caisse-claire, deux chapeaux, deux paires de bretelles colorées sur chemise de concert et quatre souliers vernis…

Deux compères, chics mais un brin décalés, allègres mais un tantinet affolés, se cramponnent à leur musique comme le facteur de Jacques Tati à son vélo, opérant des virages incontrôlés et périlleux, tels deux automates réagissant avec retard aux caprices d’un vieux microsillon. Durant dix minutes, la machine s’emballe, bégaie, passe du coq à l’âne pour finalement les déposer sur l’irrésistible, interminable et joviale glissade de Mauricio Kagel : « Rutcher ».

Leur mot d’ordre :

“ Allez-y … Encore roulé ! ”

Un cube...des mots Langue française

Face à face, deux protagonistes se livrent à une joute d’onomatopées et tentent de nous expliquer que «la musique adoucit les mœurs » et que « Ses muscles donnent un geste clair ».

Autour d’un cube en bois, qui sert de table sonore et qui les sépare, ils nous offrent tour à tour, un propos abstrait… Un rituel traditionnel… Une danse de chaises et de gestes…

 

 Attraction de Jean-Pierre Drouet  Langue française

Pourquoi faire comme si celui qui écoute
n’avait d’yeux pour voir ?

Puisqu’il n’est pas de musique sans geste, le geste mériterait un peu plus d’égards que n’en ont d’ordinaire pour lui les musiciens. Jean-Pierre Drouet s’est saisi du papier à musique pour composer une pièce joyeuse et pleine de curiosité, c’est :
« Attraction ».

Assis sur deux fauteuils crapauds pourvus de roulettes et d’expressives franges, deux percussionnistes, affublés de leur zarb iranien en bandoulière, se lancent dans une énième version d’un duo qui les a menés au succès lors d’une époque révolue. Tout est très sérieux au début, puis ils commencent à se jouer des tours, musicaux, verbaux et gestuels ; déclamant quelques phrases d’un récit abstrait, poussant une chansonnette et esquissant un bref numéro de claquettes qui finit par les fatiguer avant leur dernière coda enjouée.

“Ces trois formes peuvent être enchaînées ou jouées séparément au cours d’un programme plus étoffé accueillant d’autres artistes. Chaque numéro dure environ 10 minutes.”

 L’intrusion de Jean-Pierre Drouet  Langue française

L’Intrusion est une pièce commandée par l’ensemble instrumental Ars Nova à l’occasion du Festival « court-toujours » de Poitiers en juin 2007.

Elle met en scène deux personnages jouant une musique, fluide, imbriquée et collective.

Progressivement les deux exécutants se démarquent de cet esprit, se grattent le dos, se confrontent, se sonnent les cloches, vont jusqu’à échanger des lettres.

Un tam-tam chinois imprévu s’interpose alors entre eux et les place face à leurs propres limites. Ils tentent vainement de communiquer à travers lui, l’explorent, le violentent, l’étouffent, sans pouvoir l’éliminer.

Une nouvelle lettre écho de la précédente les ramène l’un vers l’autre dans une danse finale optimiste.

“Deux personnages, miroirs l’un de l’autre, se partagent un travail délicat et virtuose, sur un principe musical Balinais, selon lequel l’un joue sur 1,3,5,ect... et l’autre sur 2,4,6,ect... en alternance, et ce jusqu’à la plus grande vitesse. L’intrusion d’un élément incontournable vient entraver la communication entre les deux personnages : à eux de se retrouver!”

J.P. Drouet

 Sébastien Clément Langue française

 

Sébastien Clément a grandi dans un décor sonore hétéroclite, écoutant
aussi bien musiques traditionnelles, jazz, chanson et musique contemporaine. Il découvre la batterie « viscérale » avec Ramon Lopez, quelques résonateurs
buccaux et vocaux avec Anne Garcenot et surtout pendant de nombreuses
années, le zarb et le « théâtre musical » avec François Bedel, Gaston Sylvestre et ponctuellement Jean-Pierre Drouet.

Il obtient un 1er prix de percussion et un 1er prix de musique de chambre à l’unanimité au C.N.R. de Rueil-Malmaison.

Élément actif de l’équipe pédagogique de l’Ecole des Arts de Marcoussis :

- enseignant percussions, musique cubaine, formation musicale, préparation aux épreuves du BAC
- il s’associe aux multiples créations multidisciplinaires commandées par la ville :
« Icema tavarossa », O. Pianetta, « Crapo, Crapas.. » D. Deyris,
« T’as la marque de la lanière » S. Lemêtre.

Il partage sa passion pour la chanson avec Wally Bohr et Stéfano Genovese, notamment en adaptant des classiques du tango argentin en français, par le biais d’arrangements originaux.

Explore le répertoire des musiques renaissances et médiévales au sein de l’Ensemble Guilhem Ademar.

En tant qu’interprète, improvisateur ou compositeur, il participe à de nombreusescréations mêlant musique, théâtre, danse et cirque :

« A fleur d'eau » de Vincent Vergone, Cie le Praxinoscope.
« Un pas de côté » chorégraphie de la Cie Salïa ni Seydou; composition de Jean-Pierre Drouet; création musicale par Ars Nova ensemble instrumental.
« Bavardages » et "Murmurant" Cie Déviation
« Toycine et Cotiney », Cie Etosha
« Les Horaces et les Curiaces» de B. Brecht dirigé par N. Strancar au C.N.S.A.D.P
« Matchs » comprenant Match de M. Kagel et Volte de S. Guignard, Cie Eclats
« La Caravane Suspendue » de G. Clarté, Cirque Cinéma itinérant, Cie Les Frères
Kazamaroffs
«Bouille et les Taréfoufous », Cie Etosha
« Le Cirque du Tambour, Opus 2 » de R. Auzet au Théâtre Sylvia Monfort
« Envols de Petits Rien » I. Olivier, B. Genty et la Cie Métamorphose
« Education » de B. Charmatz, festival « Mettre en Scène » de Rennes
« 2 francs pour un bonbon c’est pas assez pour un gâteau » de X. Valersteïn avec X Cie

Discographie

“Voyage au centre de la Terre” de Jules Verne, raconté par J-C. Dreyfus et M.Aumont, musique : A.Serre-Milan adaptation et réalisation : O.Cohen, production : Naïve

 Sylvain Lemêtre Langue française

Sylvain Lemêtre suit ses études au Conservatoire National de Région de Rueil-Malmaison auprès de Gaston Sylvestre et François Bedel et obtient un premier prix de Percussion et un premier prix de Musique de Chambre. Il étudie également les percussions traditionnelles mandingues et afro-cubaines avec Christian Nicolas à l'Ecole Nationale de Musique d'Argenteuil, d’où il sortira avec un 1er prix. Sa pratique du zarb iranien, liée à la découverte du théâtre musical, lui a été enseignée par François Bedel. Par ailleurs, il travaille le piano avec Claudia Stefan au Cénart et récemment, il se forme au « Soundpainting ».

Il débute en tant qu'interprète à l'Académie de musique du festival d'Art Lyrique d'Aix-en-Provence et ponctuellement avec les ensembles suivants : Itinéraire, Ars Nova, Calliope, Opéra Eclaté, Futurs-Musique, S:I.C, la troupe du Phénix, Le Théâtre Incarnat.

Il a enseigné à l'Ecole des Arts de Marcoussis et au Conservatoire de Juvisy-sur-Orges.

Il découvre l'art d'accompagner la marionnette, le clown et les arts du cirque, ainsi, curieux de tous les répertoires, il prend part à de nombreuses créations de spectacles vivants et pièces de concert, en collaboration avec les compositeurs : R.Depraz, N.Frize, R.Auzet, MH. Fournier, G. Pape, A.Serre-Milan, G.Siracusa, Y.Maresz, J.Combier, JP.Drouet, F.Sarhan, T.Blondeau, G.Pesson.

On lui propose la direction musicale de la pièce « Meurtre de la Princesse Juive » de Armando Llamas, mise en scène de Philippe Adrien, ainsi que la création et la composition de « Cimes et Racines » de la Cie Déviation.

Il crée l’ensemble percussif déambulatoire : « T’as la marque de la lanière »
Et dirige l’orchestre d’improvisation : « Quartier Libre Orchestra ».

Il se produit et s’investit actuellement au sein des ensembles suivants :

- La soustraction des fleurs de Jean-François Vrod,
- l’Ensemble Cairn dirigé par Jérôme Combier,
- l’Ensemble Text’Up dirigé par François Cotinaud,
- le collectif CRWTH dirigé par François Sarhan,
- Le Sacre du Tympan dirigé par Fred Pallem
- la Compagnie Déviation dirigée par Alain Mignon,
- la Compagnie l’Alinéa dirigée par Brice Coupey.

Discographie

« le Sacre du Tympan, la grande ouverture » de F.Pallem, distribution Atmosphérique, production, Deluxe.
« Vies Silencieuses » Jérôme Combier de l’Ensemble Cairn, chez Aeon.
« La soustraction des fleurs » de Jean-françois Vrod, collection : Signature Radio France.
« Rimbaud & son double » de l’ensemble Text’Up, Label musivi MJB 012-13-14, production : Jazz Bank.
« Le Sacre du Tympan (le retour) » de F.Pallem, distribution : label bleu, production : Deluxe
« François Cotinaud fait son Raymond Queneau » de l’Ensemble Text’Up, musivi MJB 010 CD, distribution : Mélodie.
« Voyage au centre de la Terre » de Jules Verne, raconté par J-C. Dreyfus et M.Aumont, musique : A-S. Milan, adaptation et réalisation : O.Cohen, production : Naïve.
« Frankenstein » adaptation : O.Cohen, musique : M-H.Fournier, distribution : Frémeaux et Associés.
« Quatre Soirs » avec le Kétud Qartet de X.Ferran, production : Les Deux Ruisseaux.
« Ecoute Ailleurs » de J-J.Lemêtre, production : Sinuances, distribution : Média7.

 Fiche Technique Langue française

Dimensions plateau

« Ch’uis ça-y-est… » : ouverture 2m profondeur 2m
« Un cube… » : ouverture 2m profondeur 5m
« Attraction » : ouverture 3m profondeur 6m
« Intrusion » : ouverture 8m profondeur 6m

Sonorisation ( grande salle et plein air )

2 cellules (DPA) HF

Pour y voir clair

l'intrution petite forme

Envie de parler de nous ?

• Bio
• Photos
• Logo

léger sourire

Question pratique

Le déchargement du matériel (costumes et instruments) doit pouvoir
s’effectuer à proximité de la salle où se joue le duo

Temps d’installation minimum : 30 minutes
Temps de désinstallation minimum : 15 minutes

Prévoir collation salée et sucrée ainsi que des boissons pour les artistes

 Infos Pratiques Langue française

• Agenda
• Conditions financières
Merci de nous contacter par mail ou par téléphone.

Sylvain Lemêtre : 06 07 79 46 30
Sébastien Clément : 06 10 24 47 60
E-mail : legersourire@gmail.com

Administratif :
La Lune
5, rue Alfred Dubois
91460 Marcoussis

 Remerciements Langue française

Merci
à Alexandre BRACHET, Karim MOREAU, Nicolas Menet et toute l’équipe d’ « UPIAN » pour la conception et la réalisation de ce site.

Merci
à l’association « COMME VOUS EMOI » Thérèse BERARD et Frédéric BENAZA pour leur accueil et leur soutient constant.

Merci
à la ville de Marcoussis, ses élus, son équipe culturelle, son Ecole des Arts et plus particulièrement Christine ROSSO, Marion CANTINEAU, Eric YEUILLAZ, Bastien MERCUZOT, Jean-Louis GALY pour leur accueil et leur soutient permanent.

Merci
à ARS NOVA Ensemble Instrumental pour leur fidèle soutient et leur humanité.

Merci
à Jean-Pierre DROUET d’être si présent et attentionné.

Merci
à Valérie BRAL d’administrer notre duo avec l’association « LA LUNE ».

Merci
à Pauline LABBE DE MONTAIS pour son aide en communication et ses photos.
Merci à William ALIX pour ses photos de « l’intrusion ».

Merci
à toute l’équipe qui a réalisé la vidéo  Agathe CURY: réalisation et montage ; Gilles FRANCOIS et Benjamin BUSNEL : image ; Sylvain THEVENARD : prise de son.

Merci
à Jérôme DESCHAMP pour ses plans de feux. Merci à Dominique KUGLER et Aïcha LEGENDRE pour leur précieuse aide rédactionnelle.